Les matériaux qui composent le pneu d’aujoud’hui

Le pneu se compose d’un cocktail aux proportions parfaites de plusieurs éléments mélangés et assemblés de façon à obtenir un modèle sûr et efficace pour la conduite.

Plus de 200 éléments sont nécessaires à sa fabrication ; on retrouve en plus grande proportion les caoutchoucs, le noir de carbone, la silice, les plastifiants, ainsi qu’une longue liste d’éléments chimiques permettant d’obtenir une voir plusieurs qualités spécifiques sur chaque pneu. Pour son squelette interne d’autres matériaux sont employés pour offrir une certaine géométrie, souplesse/rigidité ; acier, polyester, nylon… Voyons à présent quelle utilité présente certains de ces matériaux.
En ce qui concerne l’armature interne, on retrouve deux structures principales : la métallique et la textile. La première offre au pneu toute la résistance et la rigidité nécessaire, quant à la structure textile composante du pneu depuis ses débuts elle offre aussi un surplus de résistance et d’endurance au pneu. Une fois cette carcasse assemblée le corps du pneu peut se dLes matériaux qui composent le pneu d’aujoud’hui érouler ou plutôt s’enrouler tout autour en attendant les flancs qui eux aussi viendront s’ajouter. Voyons de quoi se compose cette gomme noire qui semble à première vue être l’unique composante du pneu.
L’élastomère plus connu sous le nom de caoutchouc en est le principal composant, en partie naturel en partie synthétique. Le caoutchouc naturel du pneu provient de l’arbre hévéa lequel est principalement cultivé en Asie du sud en Amérique latine et en Afrique étant donné les conditions climatiques qu’il requiert. Le latex recueilli (d’une couleur blanche laiteuse) compose environ 40% du caoutchouc utilisé dans le pneu, il offre une réduction interne de l’échauffement du pneu. Les 60% restant sont issus d’hydrocarbures d’origines pétrolières. Les élastomères synthétiques se déforment sous l’effet de certaines contraintes et mettent un certain temps avant de retrouver leur forme originale, ce qui les rend particulièrement intéressants en termes d’adhérence.
Les autres composants comme le noir de carbone ou la silice représentent des charges renforçantes. Si le latex sort blanc de l’hévéa c’est grâce au noir de carbone qu’il arrive noir en fin de fabrication. Incorporé à hauteur de 25 à 30% de la composition de la gomme il augmente la résistance à l’usure de celle-ci. La silice quant à elle permet de diminuer la résistance au roulement.
De nombreux autres éléments chimiques viennent parfaire la composition du pneu comme c’est le cas du souffre qui lors du processus de vulcanisation permet au caoutchouc de passer d’un état plastique à un état élastique ou encore l’oxyde de zinc, l’acide stéarique, les résines et sel de colbat et la liste est encore longue car comme dit plus haut plus de 200 éléments composent cet élément frôlant aujourd’hui la perfection ! On est loin des premiers pneus à chambre à air inventés par les frères Michelin à la fin du 19ème siècle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *